a

Lorem ipsum dolor sit amet, conse ctetur adip elit, pellentesque turpis.

Tel +225 20 25 74 96     Suivez-nous

a

:: RIFES ::

  /  Actualités   /  Sakina Harouna: l’héroïne béninoise qui a sauvé six personnes de la noyade

Sakina Harouna: l’héroïne béninoise qui a sauvé six personnes de la noyade

Au Bénin, cette jeune fille de 19 ans est désormais le visage de l’héroïsme depuis quelques semaines. Sakina Harouna a sauvé six personnes de la noyade après le naufrage d’une barque avec 11 passagers. L’accident a eu lieu sur le fleuve Okpara, à Tchaourou dans le nord du pays.

Tout le Bénin salue son acte de bravoure. Et le président Patrice Talon vient de l’honorer en lui décernant la médaille du Chevalier de l’ordre du mérite du pays.

Sous son voile qu’elle ne quitte presque jamais cette jeune dame à la silhouette un peu frêle a parcouru plus de 400 kilomètres de sa ville natale à la capitale béninoise.

Les faits

Convalescente, elle se reposait chez elle avec sa maman et une amie le 3 août dernier. Aux environs de 10 heures, elle entend tout d’un coup des cris. Elle pense qu’il s’agit d’enfants qui s’amusent comme c’est souvent le cas.

Les cris persistent et Sakina Harouna décide d’aller voir ce qui se passe, oubliant du coup sa convalescence. Son père et ses frères sont absents. Dès qu’elle aperçoit les naufragés, elles se jettent à l’eau. Issue d’une famille de six frères et sœurs, Sakina Harouna a appris à nager toute seule dans son enfance. Fille de pêcheur, elle connait bien le fleuve.

“L’islam a dit que si tu peux porter secours à ton prochain, faut le faire, parce que tu auras une récompense.”, indique-t-elle.

Son oncle la décrit comme une personne altruiste qui pense donc aux autres et à leur bien être naturellement. «Son altruisme, elle le tient de ses parents », explique son oncle.

« jai senti l’urgence de les aider. J’ai couru vers le fleuve lorsque je les voyais se débattre. Mon pagne est tombé dans ma course, le lai repris. J’ai enlevé mon hidjab et je l’ai instinctivement noué autour de mon pagne et je me suis jetée à l’eau. En ce moment, je n’ai pas pensé à mon enfant de deux ans. C’est l’amour du prochain qui m’a poussé à les sauver » a-t-elle ajouté.

Mariée et mère d’un enfant de deux ans, la Béninoise est revenue dans sa maison familiale après son accouchement, comme il est de coutume dans beaucoup de sociétés africaines.

« C’est une femme courageuse et serviable », témoigne son mari Omar Moussa.

Elle a reçu un appui financier d’ONG et de personnalités voulant saluer sa bravoure. A son retour à Karimama, la commune de son époux, la jeune dame prévoit de construire une boutique pour développer un commerce au service des siens.

Source ici

S’inscrire

Veuillez contacter l’administrateur à info@rifes.net pour vous permettre d’accéder à cette page.

Reinitialiser le mot de passe