a

Lorem ipsum dolor sit amet, conse ctetur adip elit, pellentesque turpis.

Tel +225 20 25 74 96     Suivez-nous

a

:: RIFES ::

  /  Actualités   /  EN COTE D’IVOIRE, UN VENT DE REVOLTE CONTRE LA CULTURE DU VIOL

EN COTE D’IVOIRE, UN VENT DE REVOLTE CONTRE LA CULTURE DU VIOL

Le scandale de la démonstration d’un viol en direct à la télévision a relancé le débat autour de la question des violences sexuelles. Les collectifs et associations féministes veulent y voir le signe d’un tournant dans la lutte contre ce fléau.

L’indignation ne retombe pas en Côte d’Ivoire. Depuis près d’une semaine, les réseaux sociaux s’enflamment pour dénoncer la banalisation de la culture du viol dans le pays. Mercredi 1er septembre, plusieurs dizaines de militantes féministes ont également manifesté devant le siège de la chaîne privée NCI pour réclamer des sanctions.

L’objet de leur colère : une séquence sordide d’une émission de divertissement dans laquelle un ancien violeur était invité à simuler une agression sexuelle sur un mannequin en plastique puis à prodiguer des conseils aux femmes pour éviter de subir le même sort.

Devant le tollé général, la justice s’est saisie de l’affaire avec une inhabituelle rapidité et l’animateur Yves de M’Bella a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 3 000 euros pour “apologie du viol”.

Quant au diffuseur, il n’a pour le moment pas été poursuivi, la Haute Autorité de communication audiovisuelle (Haca) se contentant de l’inciter à faire preuve de “vigilance” dans sa programmation. Une clémence qui fait bondir les associations féministes. Celles-ci déplorent en effet l’absence de sanctions contre la direction de la chaîne.

https://www.france24.com/fr/afrique/20210904-en-c%C3%B4te-d-ivoire-un-vent-de-r%C3%A9volte-contre-la-culture-du-viol

S’inscrire

Veuillez contacter l’administrateur à info@rifes.net pour vous permettre d’accéder à cette page.

Reinitialiser le mot de passe